Coïncidence, mythes et histoire. Voici neuf faits cachés que vous ne connaissez peut-être pas sur les cartes de poker.

Les cartes à jouer contre la science des nombres

Les cartes à jouer remontent à des centaines d'années, et l'on s'est demandé pourquoi un jeu de cartes comptait 52 cartes, quatre couleurs, deux couleurs, etc. 

Certains pensent que les deux couleurs, le rouge et le noir, représentent le jour et la nuit. Les quatre couleurs représentent les quatre saisons de l'année. Dans un jeu de cartes, il y a 12 cartes de cour, qui peuvent représenter les 12 mois de l'année. 

Il y a également 12 animaux dans le cycle du calendrier chinois, ou 12 symboles du zodiaque. Il y a 13 cartes dans chaque couleur. 13 pourrait représenter le cycle lunaire. La lune fait le tour de la Terre 13 fois par an. Il y a également 13 semaines par saison. 52 cartes dans un jeu, 52 semaines dans une année. Une coïncidence ? 

Chiffres et données

Il existe un mythe qui dit que si l'on additionne toutes les valeurs individuelles des cartes à jouer, on obtient 365. Ce mythe est faux, mais si vous faites le calcul, prenez la valeur moyenne d'une carte à jouer, qui est de sept, multipliez-la par le nombre de couleurs, qui est de quatre, et multipliez-la par le nombre de cartes dans chaque couleur, qui est de 13, cela devrait vous donner 364, ajoutez un Joker, et vous obtiendrez 365. 

Le total de chaque couleur est de 91 points (les valets, dames et rois valent respectivement 11, 12 et 13 points), que l'on obtient en multipliant par quatre 364 points plus un point de joker. Un jeu classique comporte 2 jokers, ce qui donne un total de 366 pour les années bissextiles.

Mélangez les cartes et distribuez !

Si vous mélangez parfaitement un jeu de cartes, une carte après l'autre, c'est ce que l'on appelle un mélange équitable. Si vous faites cela huit fois de suite, le jeu retrouvera son ordre initial.

cartes cachées cartes à jouer

Cartes cachées dans des cartes à jouer

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la US Playing Card Company s'est associée aux services de renseignements britanniques pour envoyer aux troupes des cartes à jouer. Ces cartes étaient cachées à l'intérieur d'une carte à jouer. Lorsqu'elles étaient mouillées, il était possible de les ouvrir. En additionnant toutes les cartes, on obtenait une carte de taille normale. 

Ils ont créé une gamme spéciale de cartes à jouer suffisamment bon marché pour pouvoir envoyer aux troupes au moins un jeu de cartes sans éveiller les soupçons des troupes ennemies. 

Les jeux de cartes auraient aidé au moins 32 personnes à s'évader du château de Colditz et auraient été à l'origine de 316 tentatives d'évasion. Personne ne sait combien de jeux de cartes ont été produits, mais les deux seuls jeux de cartes connus qui ont survécu sont conservés à la Musée de l'espionnage de Washington D.C.

Mais ce n'est pas tout. Elles ont également été utilisées plus tard pendant la guerre du Viêt Nam, car l'as de pique était censé représenter la mort dans certaines cultures. Les soldats américains avaient commandé des milliers et des milliers de cartes à jouer composées uniquement d'as de pique, qu'ils collaient dans leurs casques afin d'inspirer la peur à leurs ennemis. 

Il y a plus de façons de mélanger un jeu de cartes qu'il n'y a d'atomes sur Terre.

Saviez-vous qu'il y a plus de façons de mélanger un jeu de cartes qu'il n'y a d'atomes sur Terre ? Le nombre total de façons de mélanger un jeu de cartes est le facteur 52. Qu'est-ce que cela signifie ? Cela signifie que 52 fois 51 fois 50 fois 49 et ainsi de suite, ce qui donne un nombre très grand, huit avec 65 zéros. 

Concrètement, on pourrait mélanger un jeu de cartes toutes les secondes depuis le début de la création du Big Bang et, à ce jour, on n'obtiendrait pas deux fois le même arrangement. En gros, si l'on prenait toutes les planètes de l'univers, que l'on y plaçait des gens, que l'on donnait à chacun d'eux un jeu de cartes et qu'on les laissait mélanger un jeu de cartes une fois par seconde, on n'obtiendrait toujours pas deux fois le même arrangement. 

Ainsi, chaque fois que vous prenez un jeu de cartes, sachez que vous tenez un ordre tout à fait unique que personne n'a probablement jamais vu.

Qui et quand ont été inventées les cartes à jouer de poker ?

Les plus anciennes cartes à jouer connues sont chinoises et datent de la fin de la période Tang (618-907). Les cartes sont arrivées en Italie par l'intermédiaire de marchands turcs au 13e siècle et en France à la fin du 14e siècle. 

Il y avait déjà quatre couleurs, mais avec des figures inspirées des graphismes italiens, espagnols ou allemands. Les symboles étaient des feuilles, des cloches, des épées, des bâtons, des glands, etc... .

Quelle est l'origine des mots "cœur", "carreau", "trèfle" et "pique" ?

Cœur, pique, trèfle et carreau viennent des signes latins - coupe (pour le cœur), épée (pour le pique), bâton (pour le trèfle) et denier (pour le carreau). Tout le monde connaît les quatre couleurs du jeu de cartes français traditionnel, composé de 52 cartes.

Le cœur représente le clergé et ses ecclésiastiques, considérés comme des hommes de bien.

La pique est semblable à l'épée, l'arme des chevaliers, symbole de la justice.

Le club est associé aux travailleurs de la terre. Par extension, il symbolise aujourd'hui la chance.

Enfin, le diamant, dont le motif initial était un bouclier, fait référence aux marchands, à l'argent et à la richesse. 

Pourquoi y a-t-il 52 cartes dans un jeu ?

La fixation du nombre de cartes à jouer à 52 pourrait avoir 2 origines. Si l'on pense généralement qu'il est basé sur le nombre de semaines du calendrier grégorien, certains experts suggèrent également que ce nombre pourrait s'inspirer du calendrier égyptien.

Selon le calendrier grégorien, un jeu de cartes fait référence aux 4 saisons par ses 4 couleurs et présente 12 cartes de cour. Dans la version égyptienne, les 4 couleurs font référence aux 4 saisons, tandis que les 13 cartes de cour représentent les 13 mois du calendrier lunaire.

Pourquoi brûle-t-on les cartes au poker ?

Au poker, une carte brûlée est une carte distribuée depuis la surface d'un jeu mais qui n'est pas utilisée ou rejetée par le croupier. Si vous passez du poker en direct au poker en ligneSi vous n'avez pas de carte de vœux, la tradition de la carte brûlée peut vous sembler un peu bizarre. 

Comment se fait-il que les croupiers de poker se débarrassent des cartes à la surface du jeu ? Découvrons-le. 

La principale raison pour laquelle les croupiers de poker brûlent les cartes est d'éviter la tricherie. Ce type de tricherie est généralement commis à l'aide de cartes à jouer marquées. Les joueurs peuvent être en mesure de repérer la meilleure carte lorsqu'elle est marquée ou qu'elle présente un bord plié. 

Lorsque les croupiers brûlent les cartes, ils éliminent efficacement toute possibilité pour les joueurs de distinguer une carte et d'obtenir un avantage injuste dans une main. 

Famous Playing Cards

The allure of famous playing cards often lies in their historical significance and unique design. One such deck, a 16th-century hand-painted set, became the most expensive deck ever sold at auction, fetching $143,352.

These cards are prized not only for their age and rarity but also for the artistry they exhibit, often reflecting the cultural and societal norms of their time.

Collectors and enthusiasts seek out these decks for their historical connections, intricate designs, and the stories they tell about the past.

The Science of Cardistry

Cardistry is the mesmerizing art of card flourishing, where practitioners use skillful manipulations to create eye-catching movements and patterns with a deck of cards.

This discipline combines elements of sleight of hand, juggling, and visual art, requiring dexterity, precision, and creativity.

Beyond mere entertainment, cardistry has evolved into a form of expression and a vibrant community, with enthusiasts pushing the boundaries of what can be achieved with a deck of cards.

Guinness World Records for Card Structures

The Guinness World Record for card structures showcases human ingenuity and patience. Bryan Berg set a record by constructing a 25-foot 9½-inch tall house of cards, using over 218,000 cards without any adhesive.

This feat exemplifies the delicate balance and meticulous planning required to create such towering structures, highlighting the potential of playing cards as a medium for engineering marvels.

Most Expensive Deck

The most expensive deck of playing cards, a 16th-century hand-painted set, sold for $143,352 at auction, representing a pinnacle of collectibility.

This deck stands out for its historical significance, artistry, and the craftsmanship of its era, making it a highly sought-after piece for collectors. Its value reflects the cultural and monetary worth placed on rare and unique items in the world of collectibles.

Joker’s Origin

The Joker’s origin traces back to the 1860s in America, introduced as a trump card for the game of Euchre.

Its evolution into a standard component of the playing card deck reflects the adaptability and innovation in card games.

The Joker has since taken on various roles and meanings, often serving as a wild card, and has become a cultural icon in its own right.

Dead Man’s Hand

The Dead Man’s Hand, comprising aces and eights, is steeped in Wild West folklore, associated with the legendary figure Wild Bill Hickok.

This hand symbolizes the unpredictability of fate and the dangers of the frontier life. It has been immortalized in stories, films, and songs, embodying the essence of the Old West’s lore and continuing to fascinate with its blend of history and mystery.

Four Kings’ Identities

The identities of the four kings in a deck of cards are often attributed to historical figures: Charlemagne (Hearts), David (Spades), Caesar (Diamonds), and Alexander the Great (Clubs).

This association imbues the deck with a sense of history and legend, connecting players with the past and the storied leaders who shaped the world.

These identities reflect the cultural significance and symbolic power of playing cards.

FAQs

Playing cards originated in the 9th century in China and gradually spread to India, Persia, Egypt, and then Europe, evolving in design and use over the centuries.

A standard deck of playing cards contains 52 cards, divided into four suits: hearts, diamonds, clubs, and spades, each with 13 ranks from two to ace.

Historically, the four suits are said to represent different classes of society: hearts (clergy), spades (nobility or military), diamonds (merchants), and clubs (peasants).

The kings, queens, and jacks (or knaves) in a deck of playing cards are often thought to represent historical figures, but their identities can vary by region and tradition.

The Joker, added to playing card decks in the late 19th century, serves as a wild card or can have other specific uses depending on the card game being played.

Playing cards are typically made from two layers of paper bonded with a layer of glue, then coated with a protective finish. Some high-quality decks are made from plastic.

As mentioned earlier, a 16th-century hand-painted deck sold for $143,352 in 2011, making it one of the most expensive decks ever sold.

There are several methods to shuffle cards, with the riffle shuffle being one of the most popular for its efficiency in randomizing the deck.

Yes, playing cards are a staple in the magician’s toolkit, used for a wide variety of tricks and illusions due to their familiarity and versatility.

Popular card games vary by region, but globally recognized games include Poker, Bridge, Blackjack, Solitaire, and Hearts.